Corps sous contrainte

Corps sous contrainte

Cette dissertation a été rédigée par Romain Treffel en septembre 2017 dans les conditions de l’épreuve.

« Les chevaux ne parvinrent pas à l’écarteler et il fallut plusieurs heures pour y parvenir et se résoudre à découper les articulations jusqu’à l’os pour que les chevaux parviennent à emporter les membres l’un après l’autre » (Surveiller et punir). Cette description de Michel Foucault du supplice de Damiens (1757), l’homme qui a tenté d’assassiner Louis XV, montre que les contraintes imposées au corps humain peuvent atteindre un paroxysme de barbarie. Pour autant, la rareté de cet extrémisme conduirait à penser qu’il ne s’agit pas là de la condition « normale » et permanente du corps, mais plutôt d’une situation exceptionnelle. Il est donc légitime de se demander plus généralement quelle part la contrainte peut avoir dans la vie du corps.

Par « corps », il faut entendre ici exclusivement le corps organique de l’individu, c’est-à-dire la partie matérielle d’un être animé (plutôt l’homme, par commodité, mais aussi l’animal), par opposition à la partie immatérielle, l’âme ou l’esprit. Une contrainte peut se définir comme

9,99 euros

Édition limitée à 100 téléchargements