La parole prépa HEC

« Que le Salamandre s’enflamme ! Que l’ondin se replie ! Que le Sylphe s’évanouisse ! Que le Lutin travaille ! » Il suffit à Faust d’évoquer ainsi le démon, par la parole, pour devenir autre. Sa conjuration fait en effet apparaître Méphistophélès, qui lui offre une seconde vie, tournée cette fois vers les plaisirs sensibles, au prix de son âme. Déclenché par la parole, le pacte faustien représente plus généralement, pour l’individu, le renoncement à la dimension spirituelle de son être, et une première mort dans l’engrenage des attraits de la vie matérielle. En reprenant à son compte les croyances liées à la magie noire, ce mythe confère à la parole un pouvoir éminemment transformateur, par l’intermédiaire d’une force extérieure, sur le locuteur. Or, sa dimension évidemment…

9,99 euros

Édition limitée à 100 téléchargements