50 paragraphes tout cuits

Commander

Ce manuel destiné aux prépas HEC se fonde sur la méthode dite « des paragraphes ». Dans sa version initiale, elle consiste, comme son nom le suggère, à connaître par cœur des paragraphes rédigés à l’avance, prêts à l’emploi pour la dissertation. Ne restent donc plus, dans l’épreuve de culture générale, que l’élaboration d’un plan et la rédaction de l’introduction, des transitions, et de la conclusion. La vie facile, n’est-ce pas ?

Cette méthode est en effet éminemment avantageuse. Elle est tout d’abord le fruit d’un grand pragmatisme : la majeure partie de la dissertation (idéale) de culture générale, le « développement », peut être déconstruite comme l’addition de neuf paragraphes relativement indépendants, traitant chacun d’une référence. En second lieu, la méthode a déjà fait ses preuves. Pratiquée depuis plus d’une dizaine d’années dans de grands lycées parisiens (dont nous tairons le nom) et déjà présentée dans des manuels, elle a permis à beaucoup de candidats d’obtenir de bonnes, voire très bonnes notes aux concours. En plus d’être un gage de réussite, elle est aussi pour l’élève qui la choisit d’une grande simplicité : préparer les paragraphes, les apprendre, les placer dans ses dissertations (qui dit mieux ?).

Enfin, last but not least, elle se traduit par une économie de temps substantielle. Avec elle, il devient inutile de réviser sans les comprendre les interminables pages de notes décousues nées dans la douleur lors de vos cours de prépa, malheureusement trop souvent digressifs, obscurs et incohérents. Tout ce temps épargné, vous pouvez le consacrer aux autres matières, au premier rang desquelles les ma-thématiques, si valorisées aux concours.

Alors bien sûr, la méthode n’est pas parfaite, mais les limites soulevées par ses contempteurs peuvent aisément être contournées. Jetons-y un œil.

☆ ☆ ☆

Nous avons recensé et analysé cinq types d’objections à la méthode.

« Les correcteurs vont la repérer ! », disent les uns. En faisant du copier-coller, c’est tout à fait possible. Si, en revanche, vous vous appropriez les paragraphes en amont et que vous les adaptez soigneusement au sujet dans votre dissertation, alors le risque est nul.

« Le reste de la copie sera beaucoup moins bien rédigé ! », craignent les autres. Si vos SMS sont la seule littérature à laquelle vous ne vous êtes jamais confrontés, alors le danger est réel. Sinon, vous êtes couverts, car le style adopté par les rédacteurs du manuel a été calibré pour correspondre à celui d’un bon élève, plutôt littéraire, de prépa HEC. Ainsi, avec un peu d’entraînement et un peu d’effort, rien ne transparaîtra.

« Les profs de prépa repéreront la récurrence des paragraphes au cours de l’année ! », s’énervent les moins courageux. Cela aussi dépend de vous : à vous d’avoir l’intelligence (politique) de passer entre les mailles du filet, ou de l’indifférence (philosophique) à l’égard d’un jugement qui, quoique peut-être utile, ne présage pas de votre note au concours. Les plus courageux peuvent, en toute franchise, prévenir leur prof qu’ils misent sur la méthode des paragraphes et lui demander de jouer le jeu quand ils les corrigent.

« Nous aurons les mêmes paragraphes ! », se récrient les plus chiants. Non, tous les candidats n’achèteront pas le livre (si seulement…) ; non, ils n’apprendront pas bêtement par cœur tous les paragraphes ; non, leurs cerveaux ne sont pas connectés au point qu’ils choisissent de placer les mêmes paragraphes – neuf, dans l’idéal, sur plus d’une centaine en comptant ceux à venir sur le blog – aux mêmes endroits, avec la même problématique et le même plan. Tout cela n’arrivera pas dans le monde réel. Soyez sérieux : appropriez-vous les paragraphes, sélectionnez-les par rapport à votre plan, adaptez-les au sujet, et votre copie sera unique (en plus d’être excellente).

« Ça n’est pas l’esprit de la culture générale ! », protestent enfin les donneurs de leçon. Effectivement, mais c’est l’esprit du concours. La finalité de la méthode des para-graphes n’est pas de devenir plus cultivé, mais de maximiser le résultat en minimisant l’investissement. Indignez-vous, dénoncez ce livre à la police de la prépa, mais réfléchissez-y à deux fois avant de rejeter cette méthode sous un prétexte moral (de la moraline, comme dirait Nietzsche).

En conclusion, vous l’aurez compris, la méthode des paragraphes n’est pas différente des autres sur un point : il est nécessaire de l’appliquer avec intelligence pour qu’elle porte ses fruits. « Très bien, rétorqueront les plus pragmatiques, mais qu’est-ce que l’appliquer avec intelligence ? ». Nous allons vous en toucher un mot.

☆ ☆ ☆

Sachez tout d’abord que, chacun étant différent, il vous faut adapter la méthode à votre façon de travailler, à votre « niveau » en culture générale, à vos objectifs, à votre temps de travail disponible, etc. ; de même, il vous faudra l’adapter au cours de l’année en fonction de vos sensations et de votre aisance. Si, par exemple, vous ressentez de l’insécurité, alors il semble préférable de connaître vos paragraphes sur le bout des doigts et de ne les modifier qu’à la marge. En revanche, si vous êtes confiants en votre qualité de rédaction, vous pouvez simplement considérer les paragraphes comme une base de travail extrêmement modelable. Enfin, ceux qui se sentent capables de produire en live des paragraphes de la qualité de ceux du manuel peuvent tout à fait combiner, dans leur copie, le frais et le réchauffé. Le maître mot est l’adaptation : testez la méthode pendant toute l’année pour vous rapprocher, par essai et erreur, de l’utilisation qui vous conviendra le mieux.

Cette philosophie en tête, nous vous recommandons maintenant plus précisément de suivre 7 étapes :
1/ Lisez les paragraphes pour bien les comprendre.
2/ Retravaillez-les en fonction de votre compréhension, de votre vocabulaire, et de vos sensations.
3/ Apprenez-les pour les connaître par cœur (ce qui ne veut pas forcément dire les apprendre par cœur).
4/ Apprenez la liste de vos paragraphes pour pouvoir piocher aisément, sans effort de mémoire, dans votre stock au cours d’une dissertation.
5/ Entraînez-vous à les sélectionner pour traiter des sujets et à les placer dans des plans détaillés .
6/ Entraînez-vous à les adapter à des sujets précis en reformulant surtout la ou les premières phrases.
7/ Entraînez-vous à rédiger de bonnes introductions, conclusions et transitions !

☆ ☆ ☆

Voilà, vous êtes parés ! Vous connaissez l’esprit et les principes de la méthode. Cela étant dit, ne vous faites pas d’illusions : ce livre n’est pas la panacée, et vous n’êtes qu’au début de vos peines. La clef est en vous : ce sont votre investissement, votre rigueur, et votre constance qui vous permettront d’avoir une bonne note en culture générale au concours. Pour autant, vous pouvez quand même vous réjouir d’être déjà sur la bonne voie !

Des témoignages que nous avons recueillis se dessinent trois catégories d’élèves parmi ceux qui utilisent la méthode des paragraphes. La première est constituée de ceux qui, par bêtise, grande négligence ou manque de temps, réduisent leur travail de l’année en culture générale à apprendre (plus ou moins bien) par cœur les paragraphes en se disant qu’ils les recracheront le jour J. Bien entendu, ces candidats obtiennent de mauvais résultats et n’améliorent même pas forcément leur note par rapport à ce qu’elle serait avec la méthode classique.

La deuxième catégorie comprend les élèves qui ont retravaillé et appris les paragraphes avec application, mais ont négligé les étapes suivantes (5 à 7). Si ceux-ci sont généralement déçus de n’avoir qu’une note égale ou légère-ment supérieure à celle qu’ils espéraient, leurs résultats reflètent toutefois la substantielle économie de temps qu’ils ont réalisée avec la méthode des paragraphes – par exemple avec des notes très élevées en mathématiques, souvent synonymes d’admissibilité dans les parisiennes.

Viennent enfin les grands gagnants : les candidats qui appliquent la méthode avec soin gagnent au minimum 5 points, avec des notes comprises entre 15 et 20 (dont beaucoup de 18, 19, 20). Des khûbes sont par exemple passés de 8 à 18 en optant pour la méthode des paragraphes . Nous souhaitons bien évidemment à tous nos lecteurs de rentrer dans cette catégorie et nous espérons avoir contribué, par nos explications, à la rendre la plus large possible.

Bon courage à tous !

L’équipe du blog

Commander « 50 paragraphes tout cuits »