Qu’est-ce qu’une dissertation ?

Sommaire

Sommaire

Qu'est-ce qu'une dissertation ?

As-tu déjà participé à un jeu sans en comprendre l’esprit ?

C’est forcément la catastrophe. Non seulement tu échoueras à coup sûr, mais l’expérience sera pénible. On t’arrêtera en permanence parce que tu ne fais pas les choses comme il faut, et tu compteras les secondes jusqu’à la fin.

La plupart des élèves ratent leurs dissertations, souffrent pendant l’épreuve, et redoutent l’exercice tout simplement parce qu’ils ne le comprennent pas. C’est la raison principale pour laquelle ils ne sont pas efficaces et commettent de grosses erreurs.

La majorité des candidats ne sait toujours pas rédiger une dissertation.
Rapport du jury de HEC 2014

Si tu es dans ce cas, lis attentivement cet article et tu auras posé les fondations pour réussir tes prochaines dissertations. Pose-moi tes questions dans les commentaires et j’y répondrai sans faute.

La dissertation est un exercice scolaire

Fille de la tradition intellectuelle occidentale, la dissertation est un exercice scolaire typiquement français. Elle se décline dans différentes matières et selon différents niveaux de difficulté.

Petite histoire de la dissertation

D’où vient la dissertation ?

La racine la plus ancienne de l’exercice, ce sont les discours doubles des sophistes. Ces professeurs itinérants de l’Athènes de Périclès enseignaient à soutenir successivement deux points de vue opposés dans le but d’atteindre une vérité pratique (comme au tribunal). Cette technique a inspiré la dialectique des philosophes, conçue comme un échange méthodique de paroles entre deux interlocuteurs. Le mouvement dialectique est à l’origine du fameux plan en trois parties « thèse, antithèse, synthèse » de la dissertation de philosophie.

De manière plus récente, l’exercice est aussi issu de l’enseignement de la rhétorique. Dans les universités du Moyen Âge, on débattait à propos des auteurs devant un auditoire : c’est la disputatio (« examen, discussion »). La dissertation latine a d’ailleurs remplacé cet exercice au XVIIe siècle.

la dialectique et la rhétorique à l'origine de la dissertation

Et en France plus précisément ?

La dissertation y est devenue incontournable au XIXe siècle. Elle s’est tout d’abord généralisée dans la pratique. On s’y exerçait surtout dans les meilleurs lycées parisiens (pour préparer les élèves aux concours), mais aucun examen ne sanctionnait encore cet entraînement. Seuls les candidats du concours général ainsi que ceux qui voulaient devenir profs passaient des épreuves de dissertation.

Elle est devenue une épreuve du baccalauréat en 1864. L’objectif était de lutter contre l’absentéisme en classe de philosophie, car il n’était pas rare qu’un prof finisse l’année sans aucun élève… Elle s’est ensuite étendue aux autres disciplines, puis elle s’est imposée comme l’exercice par excellence des futurs cadres de la nation (fonction publique, professions libérales et intellectuelles). Depuis la seconde moitié du XXe siècle, elle est l’épreuve de base de la plupart des concours.

Quelles conclusions tirer de l’histoire de la dissertation ?

  • C’est un exercice qui demande de réfléchir, parce qu’il plonge ses racines dans la tradition philosophique occidentale.
  • L’influence de la rhétorique signifie que la forme est importante (il faut s’exprimer avec élégance).
  • Dans les faits, la dissertation était réservée à une élite intellectuelle, c’est pourquoi c’est un exercice difficile.
  • Elle est devenue un exercice majeur dans le système scolaire français.

Définition de la dissertation

Le mot « dissertation » vient du verbe latin dissertare, qui signifie « discuter ». L’étymologie associe donc l’exercice à l’idée d’une discussion.

Mais dans les faits, il s’agit d’un exercice scolaire. C’est une rédaction qui doit comporter trois parties : l’introduction de la dissertation, le développement, et la conclusion.

Le système éducatif français s’en sert dans diverses matières au lycée, en classe préparatoire, et à l’université pour évaluer la compétence intellectuelle des élèves. En pratique, ceux-ci doivent concentrer leur réflexion sur un sujet de dissertation, puis rédiger dans certaines circonstances un texte qui respecte certaines formes. Un correcteur lira leur travail et le notera.

Concrètement, une épreuve de dissertation implique 3 acteurs :

  1. le ou les concepteurs du sujet de dissertation ;
  2. les élèves qui composent ;
  3. le ou les correcteurs qui évaluent les copies.

Définition de l'exercice de la dissertation

Les sujets de dissertation prennent différentes formes :

  • ils sont formulés à la forme interrogative (ex : « Peut-il y avoir une civilisation du désir ? », HEC 2020) ou déclarative (ex : « Crépuscule de la vérité », HEC 2015) ;
  • ils constituent, ou non, une citation (ex : « Les Révolutions font perdre du temps. » (Henri de Montherlant), ENA 1982) ;
  • ils sont plus ou moins longs (ex : « Expliquer », ENS 2015) ;
  • ils comportent une ou plusieurs phrases (à l’épreuve de français du concours d’entrée de Polytechnique, par exemple) ;
  • le concepteur guide parfois, plus ou moins utilement, l’élève dans sa réflexion (ex : « Vous discuterez les propos de… »).

L’exercice de la dissertation ne doit pas être confondu avec le contrôle de connaissances, le commentaire de texte, le résumé de texte, l’essai, ou encore l’étude de documents.

Enfin, la dissertation est une spécificité française. En anglais, le mot dissertation signifie « thèse de doctorat », ou « mémoire », et on traduit le nom commun français « dissertation » par essay, ou paper. Cependant, le système scolaire anglo-saxon évalue les élèves avec d’autres types d’exercices, comme des résumés de lecture, des notes critiques, ou des rédactions libres. La démarche intellectuelle attendue est différente et la théorie est moins importante que dans la dissertation française.

Chez un Français, il y a neuf phrases générales et un exemple concret ; chez un Américain, neuf exemples concrets pour une généralité.
Jean-François Revel

Les différents types de dissertation

Il existe différentes types de dissertation selon la matière (la dissertation de philosophie, la dissertation juridique, etc.) et le niveau académique (lycée, université, classe préparatoire, concours) de l’épreuve.

▶︎ Tout d’abord, la dissertation est un exercice propre aux matières littéraires (par opposition aux matières scientifiques). Si les principes fondamentaux restent les mêmes dans toutes les disciplines, chacune implique toutefois certaines spécificités.

En particulier :

  • en français (ou littérature), il faut davantage miser sur la qualité de l’expression écrite et la connaissance des œuvres ;
  • en philosophie, il faut faire valoir le raisonnement et la manipulation des idées ;
  • en culture générale, il faut manifester une grande ampleur de vues ;
  • en histoire, il faut fournir une grande quantité de faits ;
  • en économie, il faut articuler les théories, les statistiques, et les faits ;
  • en droit, il faut rédiger de manière plus formelle.

▶︎ Ensuite, l’épreuve de dissertation change selon le contexte académique.

Les lycéens français se familiarisent avec l’exercice en vue du baccalauréat. En effet, ils devront composer en français, en philosophie, en sciences économiques et sociales (SES), ou encore en histoire (où l’épreuve s’intitule « composition »). Les sujets de dissertation sont abordables et les correcteurs tolérants, car il s’agit surtout de contrôler les connaissances de l’élève.

les partiels à l'université

À l’université, les étudiants doivent disserter lors des partiels. C’est notamment le cas en droit, en sciences politiques, en histoire, et plus généralement pour les sciences humaines.

Les classes préparatoires donnent une place plus importante à l’exercice de la dissertation. En prépa littéraire, on disserte en français, en histoire, en philosophie, ou encore en sciences sociales. En prépa économique, on disserte en culture générale, en géopolitique, en économie, en management et en économie-droit. En prépa scientifique, on disserte en français. Les sujets de dissertation sont parfois très difficiles et les correcteurs sont exigeants (par rapport au lycée).

Enfin, la plupart des concours comportent une ou plusieurs épreuves de dissertation. Intégrer une grande école (de commerce, d’ingénieurs, un IEP), la fonction publique (l’ENA, l’ENM, l’EHESP, etc.), ou encore une des écoles normales supérieures (ENS) demande de réussir de redoutables épreuves de dissertation.

À quoi sert la dissertation ?

Pourquoi la dissertation s’est-elle imposée en France ? Parce que c’est un exercice avantageux pour le système éducatif. En effet, elle permet d’évaluer à la fois le savoir et plusieurs formes de savoir-faire.

Un exercice de réflexion

La dissertation sert en premier lieu à évaluer ta capacité de réflexion.

En effet, l’exercice consiste fondamentalement à résoudre un problème intellectuel. Même s’il n’est pas formulé sous la forme d’une question, l’énoncé exprime, explicitement (s’il est plutôt facile) ou implicitement, une interrogation à laquelle la pensée se heurte.

Pour traiter le sujet, il faut mettre en évidence le problème intellectuel dans l’introduction de la dissertation (après la définition des termes du sujet) : c’est ce qu’on appelle la problématisation. Il faut ensuite formuler le problème intellectuel : c’est ce qu’on appelle la problématique. C’est le développement de la dissertation (souvent organisé en trois parties) qui fournira les éléments de solution.

Dégager une problématique

Ainsi, l’enjeu de l’exercice n’est PAS la restitution de connaissances. C’était le cas au début de sa généralisation en France — on considérait qu’il fallait imiter les œuvres des grands auteurs classiques imposés par le programme d’études — mais l’influence de la philosophie et des professeurs a permis de sauver la dissertation de la logique stupide de l’érudition qui semblait satisfaire le pouvoir politique.

Les premiers manuels témoignent de la victoire de cette conception :

Il s’agit de convaincre l’esprit en faisant briller à ses yeux la vérité.
Charles Bénard, Petit traité de la dissertation philosophique, 1866

Écrire une dissertation demande un certain type de réflexion. Il s’agit, comme l’indique l’étymologie, de simuler dans l’esprit individuel l’échange d’idées qui a lieu dans une conversation entre deux interlocuteurs. Or, la discussion avance d’argument en argument, le dernier étant nécessairement plus pertinent que le premier. Cela signifie aussi que le raisonnement de la dissertation progresse selon une structure logique, de l’idée la plus évidente jusqu’à la plus profonde. On doit retrouver cette propriété dans les grandes parties du plan.

Certains trouvent cependant ce type de réflexion artificiel. De leur point de vue, créer un plan détaillé se résume à une gymnastique intellectuelle qui rend l’esprit stérile.

Claude Lévi-Strauss écrit par exemple dans Tristes Tropiques :

Ces exercices deviennent vite verbaux, fondés sur un art du calembour qui prend la place de la réflexion.

Un exercice d’expression

La dissertation sert en deuxième lieu à évaluer ta capacité d’expression.

En effet, elle est née historiquement de l’enseignement de la rhétorique, l’art de persuader par la parole. La forme est donc une dimension capitale de l’exercice.

Mais il y a une explication plus fondamentale : l’écriture est une compétence cruciale pour l’humanité. Nous en avons besoin pour communiquer — c’est-à-dire pour coopérer — et pour entretenir notre mémoire collective, si bien que chaque génération a la responsabilité de transmettre la compétence à la suivante.

L’expression écrite est donc une dimension importante du cursus académique. Les matières et les exercices littéraires, aussi spécialisés soient-ils, servent en dernière instance à transmettre cette compétence. Aussi toutes les dissertations — quels que soient la matière et le niveau — permettent-elles fondamentalement de vérifier que l’élève sait communiquer efficacement à l’écrit.

Comment rédiger

Bien sûr, le fond et la forme sont liés. Il ne suffit pas de trouver des éléments de réponse pertinents au problème intellectuel, il faut encore formuler clairement ses idées au correcteur et le convaincre de leur pertinence. Pour cela, tu dois en particulier apprendre à rédiger un bon paragraphe. L’introduction de la dissertation est l’enjeu primordial de rédaction, car c’est la seule partie que le correcteur lit dans le détail.

La qualité de l’expression écrite et la maîtrise de l’orthographe s’avèrent, au fil des ans, de plus en plus discriminantes.
Rapport du jury de Sciences Po Paris 2016

La forme est même survalorisée en dissertation. En effet, comme la marge de manœuvre de la réflexion est réduite — la dissertation est un exercice scolaire — c’est finalement l’expression qui prime. Autrement dit, la note reflète en priorité la capacité à communiquer clairement ses idées à l’écrit. Cela permet même de dissimuler la superficialité de la réflexion. Or, l’inverse n’est pas vrai : les qualités de la pensée ne seront pas reconnues si elles ne sont pas présentées efficacement.

La forme est d’autant plus survalorisée que les élèves écrivent de plus en plus mal. Un style clair est donc un moyen facile de gagner des points.

Un exercice de mobilisation des connaissances

La dissertation sert en dernier lieu à évaluer tes connaissances.

Comme tu le sais, dans chaque matière, l’enseignement repose sur un programme, l’ensemble organisé du savoir qui doit (théoriquement) être maîtrisé à la fin du cursus. Le professeur transmet ce savoir lors de son cours. Pour lui, la dissertation est donc également le moyen de vérifier que la transmission a été effective.

les connaissances en dissertation

Seulement, trop d’élèves confondent encore l’exercice avec les contrôles de connaissances du collège. Ils n’ont pas totalement tort, mais ils confondent l’essentiel et l’accessoire. La priorité, pour écrire une dissertation, n’est pas l’érudition — ce sont la réflexion et l’expression. Le savoir-faire a plus de valeur que le savoir.

Valoriser l’érudition est même dangereux : on accorde moins d’importance à l’argumentation et on mobilise moins bien les connaissances (plus on en possède, moins on les maîtrise). Beaucoup d’auteurs (Montaigne, Descartes, ou encore Schopenhauer) nous ont prévenus qu’en remplissant sa mémoire, on handicape son jugement.

Les connaissances ont en réalité un rôle secondaire :

La présence de telle ou telle référence, dans une copie, n’a aucune valeur en soi, pas plus que le nombre de citations : seule compte la pertinence de l’usage qui en est fait dans le cadre d’une argumentation suivie.
Rapport du jury de HEC 2018

En dissertation, les connaissances servent simplement à donner de la force à un argument. Elles sont la dernière chose à laquelle tu dois penser lorsque tu élabores un plan détaillé. L’objectif précis est d’apporter du crédit à l’idée de chaque paragraphe grâce à l’autorité intellectuelle d’une œuvre et/ou d’un auteur.

Par conséquent, tu ne dois pas jeter ton cours à la poubelle, mais t’en servir stratégiquement dans la perspective de l’exercice.

Comment réussir la dissertation ?

Réussir l’exercice tient en dernière instance à trois choses : acquérir une méthodologie de la dissertation efficace ; apprendre à argumenter ; se préparer avec soin.

Acquérir une méthodologie de la dissertation

On dit dans le monde des concours que la dissertation est « une épreuve de méthode ». L’idée sous-jacente est que c’est la maîtrise de la technique de l’exercice — savoir traiter un sujet, trouver les grandes parties du plan, construire une argumentation — qui permet de le réussir. Autrement dit, le savoir-faire — et non le savoir — suffit à obtenir une bonne note.

Les meilleures copies forcent l’admiration par leur maîtrise méthodologique de l’exercice.
Rapport du jury de l’ENS de 2018

Or, la majorité des élèves ont de grosses lacunes de méthodologie. Ils y vont « à l’arrache » pour traiter le sujet ; ils attendent l’inspiration, et ils comptent sur le hasard. Pas étonnant que l’on compare les épreuves de dissertation avec la loterie ! Ils acceptent cette incertitude alors que tout ce dont ils ont besoin, c’est d’un peu de méthode.

méthodologie de la dissertation

Par « méthode », je veux dire que tu dois être capable d’accomplir une suite d’opérations pour arriver à un résultat en évitant les errements.

Cela signifie que tu sauras exactement quoi faire du début à la fin de l’épreuve de dissertation. Tu sauras quelles étapes suivre et quelles techniques appliquer pour traiter le sujet. Tu seras un peu une machine. Ce n’est pas une mauvaise chose — bien au contraire, c’est la bonne manière d’appréhender un exercice scolaire, et tu seras moins stressé.

La méthodologie de la dissertation demande en particulier de savoir argumenter.

Savoir argumenter

L’exercice de la dissertation consiste à résoudre un problème intellectuel. Il faut plus précisément fournir des éléments de réponse pertinents. Or, la manière dont tu présentes ces éléments n’est pas anodine : tu dois les organiser de façon à convaincre le correcteur de la pertinence de tes idées. L’argumentation est donc cruciale pour écrire une dissertation.

Dès lors qu’était défaillante l’argumentation et que le sujet n’était pas traité avec logique, rien ne servait au candidat de produire quelque référence que ce fût. D’où la sanction d’une note médiocre. Il en ira de même l’an prochain.
Rapport du jury de HEC 2014

Mais qu’est-ce que l’argumentation ? Qu’est-ce qu’un argument ?

Le mot « argument » vient du grec argos, qui signifie « blanc, clair ». Cela veut dire que la fonction d’un argument est d’apporter de la clarté. Donner un argument, c’est appuyer sur le bouton d’une lampe torche : l’interlocuteur doit y voir plus clair dans ton propos, c’est-à-dire mieux saisir tes idées. Un argument est donc un objet intellectuel qui favorise la compréhension du discours.

un argument

Il s’agit plus techniquement d’une idée précise qui sert à prouver ou à réfuter une idée plus générale. Dans le plan détaillé d’une dissertation, les idées les plus générales sont les grandes parties, et parfois les sous-parties. Les plus précises sont celles que défendent les paragraphes du développement.

Ainsi, l’argumentation est l’ensemble des idées de la dissertation. La réussir, c’est donc un travail d’architecte : tu dois exprimer et coordonner tes arguments de la manière la plus efficace possible ; tu dois créer une structure intellectuelle (souvent en trois parties) équilibrée, cohérente, et persuasive. C’est une question de fond et de forme.

Se préparer avec soin

Je répète souvent à mes élèves :

Amat victoria curam.

Cet adage latin signifie « La victoire aime la préparation ». En effet, la réussite de la dissertation obéit à la loi universelle du succès : mieux on s’investit, plus on a de chances que cela marche.

Cela ne signifie pas qu’il suffit de travailler plus. Plein d’élèves ratent leurs épreuves de dissertation alors qu’ils ont passé beaucoup de temps à s’y préparer.

Le problème, c’est qu’ils suivent la méthode classique : ils prennent scrupuleusement en note le cours de leur prof, puis ils l’apprennent ; ils font les quelques DS prévus au cours de l’année ; enfin, ils révisent le cours avant le jour J. Tu ne serais pas en train de lire cet article si cette méthode fonctionnait !

Se préparer à la dissertation

Amat victoria curam signifie plus précisément qu’il faut se préparer avec soin. Tu dois certes travailler un minimum, mais ton niveau en dissertation ne sera pas proportionnel au temps passé. Le plus important est que tu travailles intelligemment. Cela implique que tu définisses clairement ton objectif et que tu identifies les moyens les plus efficaces pour l’atteindre.

Quel est ton objectif ?

Réussir un exercice précis, la dissertation, c’est-à-dire :

  • traiter rigoureusement le sujet ;
  • le problématiser de manière pertinente ;
  • organiser efficacement ses idées ;
  • les formuler clairement.

Comment atteindre cet objectif ?

En acquérant a) une maîtrise technique et b) de l’expérience, c’est-à-dire :

  • en apprenant une méthodologie de la dissertation ;
  • en la mettant en application sur un maximum de sujets ;
  • en t’entraînant à rédiger un maximum de dissertations.

D’après mon expérience, les élèves qui cartonnent en dissertation sont les plus pragmatiques. Ils ont démystifié la matière, l’épreuve, et la notation ; ils connaissent les règles du jeu et ils travaillent uniquement pour la note.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Qui est Romain Treffel ?
Passionné par les idées, je veux vous aider à mieux comprendre votre existence grâce au meilleur de la pensée. C’est dans cet esprit que je travaille à rendre les grands concepts plus accessibles et les grands auteurs plus proches de nous. Passé par l’ESCP, la Sorbonne, et l’École Normale Supérieure, j’aide également les étudiants à réussir les épreuves littéraires des concours des grandes écoles.
Recevez ma synthèse
des 100 meilleures
idées philosophiques
Oublie les révisions de dernière minute.
Je te donne une méthode simple
pour cartonner en dissertation.
Je hais les spams et protège tes données personnelles.
Oublie les révisions de dernière minute.
Je te donne une méthode simple
pour cartonner en dissertation.
Je hais les spams et protège tes données personnelles.
grade
Tu prépares des épreuves de dissertation ?
Je te donne une méthode simple pour cartonner !